INSPIREZ MOI

EXPLORER PAR REGION

Afrique & Océan indien Afrique du Nord & Moyen-Orient Amérique du Nord Amérique latine & Caraibes Asie Europe

El Dia de los muertos : la fête des morts mexicaine

28 July 2021

Fin octobre – début novembre, se déroule au Mexique l’une des fêtes les plus importantes et les plus populaires du pays : el dia de los muertos, la fête des morts. C’est à cette occasion – et depuis plus de 3000 ans – que les vivants célèbrent chaque année les défunts.

El día de los muertos, un évenement festif au Mexique

Loin d’avoir une réputation macabre et funeste, cet événement national est tout au contraire synonyme de fête, de joie, de couleur et de musique. Inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco depuis 2008, il s’agit assurément d’une expérience à vivre pour tout voyageur désireux de mieux connaître le Mexique, son histoire et sa culture.

Afin d’accueillir les morts, transitoirement de retour sur terre, et de les célébrer, les mexicains se rendent en famille sur les tombes de leurs proches, les nettoient, les décorent (bougies, fleurs, figurines) et y déposent des offrandes choisies avec attention (jouets, nourriture, alcool). De grands pique-niques sont organisés, animant les cimetières de chants et de danses. Dans les maisons, des autels sont dressés en l’honneur des disparus, chargés de cierges, de photos, d’objets et de leurs mets préférés. Plus les préparatifs seront soignés, plus les défunts seront satisfaits et meilleure sera l’année à venir pour les vivants.

La diversité culturelle du Mexique se manifeste dans toute sa richesse lors de ses fêtes populaires ainsi que dans ses traditions et ses coutumes, dont certaines sont uniques au monde. C’est le cas des festivités de la Fête des Morts célébrée dans tout le pays chaque 1er et 2 novembre.

Egalement appelée « El dia de los Muertos », la Fête des morts est l’une des fêtes les plus importantes du Mexique. Pendant deux jours, tout le pays célèbre ses défunts au cours de grandes fêtes colorées. Les familles se rassemblent, des autels aux couleurs éclatantes sont construits pour rendre hommage aux morts et des offrandes y sont déposées. Des bougies, des colliers de fleurs, des guirlandes de papier, de la nourriture viennent orner les sépultures.

La fête des morts au Mexique: Un peu d’histoire

Cette coutume vieille de plus de 3 500 ans, prend racine dans la tradition funéraire Aztèque qui célèbre de la déesse souterraine, Mictecacihuatl. Le peuple Aztèque ayant alors pour habitude de se rendre en famille sur les tombes des défunts pour y déposer des offrandes. Offrandes sensées servir aux morts pour survivre une fois passés dans l’au-delà…

À l’origine, les Aztèques possédaient deux fêtes des morts distinctes : une pour les enfants (Miccaihuitontli), l’autre 20 jours plus tard, pour les adultes (Hueymiccalhuitl). A l’arrivée des conquistadors au 16e siècle, le calendrier chrétien est adopté. C’est désormais à la Toussaint (le 1er novembre) que se tiendra la fête des enfants, tandis que le 2 novembre honorera les adultes.

Deux personnages essentiels accompagnent ces célébrations. La Santa Muerte d’abord, qui personnifie la mort sous la forme d’un squelette féminin et Calavera Catrina, ensuite. Née sous la plume de l’illustrateur José Guadalupe Posada en 1910, il s’agit aussi d’un squelette féminin, devenu au cours de la révolution mexicaine (entre 1910 et 1920) une figure centrale de la culture du pays. Sous les traits de ce squelette et de son chapeau très chic était représentée la femme du président contesté Portifio Diaz.

Inscrite depuis 2003 au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO, la fête des morts est célébrée dans tout le pays mais les festivités les plus célèbres sont celles des villages de Pátzcuaro, au Michoacán, et celles de Mixquic, au sud de Mexico. Certaines villes accueillent des fêtes et des concours culturels et artistiques : dessin, photographie ou réalisation du meilleur pan de muerto, la brioche qui se mange pour l’occasion. Des compétitions du plus beau costume sont organisées et notamment celle de la meilleure Catrina.

La symbolique des offrandes

Les offrandes placées sur les autels représentent les quatre éléments primordiaux de la nature. La terre, symbolisée par les fruits qui alimentent les âmes de leurs parfums. Le vent, symbolisé par le papier découpé (dit papel picado) le papier de soie qui, en raison de sa légèreté, se balance au rythme de la brise. L’eau, placée dans un récipient pour apaiser la soif des défunts après la longe route parcourue pour arriver jusqu’à l’autel. Et enfin, le feu avec des bougies et des cierges qui représentent chacun une âme, auxquels on ajoute une bougie supplémentaire pour les âmes oubliées.

Boire, chanter, manger : célébrer la mort !

Dès la fin octobre dans les maisons de grandes tables sont dressées. Offrandes et victuailles y sont entassées autour des photos des disparus et d’objets personnels leur ayant appartenus. Toute la nourriture disposée sera consommée dans la nuit du 2 novembre, en communion avec les morts.

Le jour de la Fête des morts, les familles tracent un chemin de pétales jusqu’au cimetière et éclairent les tombes avec des bougies pour guider les âmes vers leurs sépultures. Rassemblées autour des tombes, transformées en table de banquet pour l’occasion, les familles mangent, boivent et dansent toute la nuit.

Elles s’y échangent le traditionnel pan de muertos, les crânes en sucre, les sucreries à base de citrouille, les fruits, l’eau, le pulque (boisson de maguey fermenté), le mezcal ou la tequila. Le sel, l’encens de copal, de roseaux, les fleurs de cempazúchitl, font aussi partis des éléments essentiels qui permettent à cette cérémonie de conserver son caractère hautement spirituel.

Une fête unique à vivre au moins une fois dans sa vie, et une raison supplémentaire de se laisser séduire par l’infinie richesse de la culture mexicaine ! Alors n’attendez plus, découvrez notre escapade insolite.

Syncrétisme culturel et religieux Mexicain

De nombreuses friandises et sucreries sont confectionnées pour l’occasion : têtes de mort en sucre coloré, pains en forme d’os… Les rues sont envahies de squelettes et de crânes, et le personnage populaire de La Catrina est omniprésent. Remis au goût du jour par le caricaturiste José Guadalupe Posada au début du XXe siècle, ce squelette de femme richement habillée et coiffée d’un chapeau est devenu un véritable emblème de l’art mexicain, repris notamment dans les murales du peintre Diego Rivera, époux de Frida Kahlo.

La fête des morts est le parfait exemple du syncrétisme culturel et religieux hérité de l’histoire mexicaine : un mélange de rituels religieux aztèques, de traditions catholiques apportées par les colons espagnols (la Toussaint) et, plus récemment, d’influences américaines (Halloween). Ce métissage a donné naissance à une façon singulière et unique d’envisager la mort et l’au-delà, sans crainte et dans la joie. Une particularité mexicaine que nous vous invitons à découvrir par vous-mêmes !

Où aller au Mexique pour la fête des morts ?

El dia de los muertos est fêtée partout au Mexique (et même dans les communautés mexicaines à l’étranger !) mais voici quelques endroits et événements que nous vous recommandons :

  • Mixquic, un village incontournable à 40km de Mexico, pour la visite du cimetière et participer aux nombreuses festivités locales – concerts, festivals, illuminations… (du 27 octobre au 3 novembre)
  • les Feria del Alfeñique de Toluca (60km de Mexico) ou de Guanajuato (ville natale de Diego Rivera, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO), marchés artisanaux où sont exposés et vendus bibelots, friandises et pâtisseries aux formes et aux couleurs de la fête des morts (de mi-octobre à début novembre).
  • le Festival de Tradiciones de vida y muerte (Festival des traditions de la vie et de la mort) à Xcaret sur la Riviera Maya qui promeut les coutumes et traditions maya à travers l’art, la gastronomie, la musique… (du 30 octobre au 2 novembre).

Découvrez notre circuit spécial “Dia de los Muertos” pour découvrir cette tradition mexicaine unique.

AUTRES ARTICLES